17 Nov 2017

title pic Commencer…(2)

Posté par Bérengère Arnal le 18 mars 2010

Bérengère Arnal 2
…Il me demande de donner le cours de gynécologie dans le cadre du Diplôme Universitaire de phytothérapie. Puis en 1997, il me confie la responsabilité de l’enseignement, responsabilité que j’assume toujours. Il me permet aussitôt de créer un enseignement de Conseil et Information en phytothérapie, tout à fait original, puisqu’ouvert à des non-médecins dans une faculté de médecine. Le diplôme d’herboristerie ayant été supprimé en 1941, il me tenait à cœur de proposer à des personnes appartenant au milieu para-médical ou travaillant dans des boutiques de diététique et de produits naturels, un enseignement officiel de la phytothérapie, structuré et scientifique. J’accueille en cette année 2009-2010 plus de deux cents étudiants dans le cadre des deux diplômes et fais intervenir une vingtaine d’enseignants, médecins, pharmaciens, vétérinaires.

En 1999, je propose au Pr Cornillot de fonder l’AMPP, Association Médicale pour la Promotion de la Phytothérapie dans le but d’une part de prolonger l’enseignement de phytothérapie du DUMENAT et d’autre part d’informer le grand public et les professionnels de santé de l’intérêt de cette pratique thérapeutique dans une vision plus globale de la santé, à la fois comme outil de prévention et comme médecine complémentaire de l’allopathie. C’est ainsi qu’aidée par les bénévoles de l’association, j’ai pu notamment organiser à Bordeaux, 53 conférences sur les médecines naturelles et à Paris, 22 grandes journées à thème. La revue Phytothérapie des Editions Springer, référencée dans de nombreux moteurs de recherche, est devenue l’organe officiel de l’AMPP.

En 2007, le Pr Cornillot devient président d’honneur d’Au sein des femmes, association que je crée avec des patientes atteintes de cancer du sein. « Au sein des femmes » a pour vocation de sensibiliser les femmes et les hommes à la prévention du cancer du sein mais également à l’accompagnement par les médecines alternatives et complémentaires. Elle mobilise toutes les femmes, atteintes ou non par le cancer du sein, en défendant un concept global de santé autour de la prévention par la nutrition, l’information contre l’excès de prise d’hormones de synthèse tout au long de la vie des femmes et la lutte contre les molécules de l’environnement appelées perturbateurs endocriniens ; autour de l’accompagnement des thérapeutiques du cancer par les médecines non conventionnelles et autour de méthodes structurantes comme la sophrologie, les groupes de parole, les ateliers de relaxation et de chant, de cuisine-santé… autant de conseils pour se réapproprier son corps après les effets de la chirurgie et des traitements lourds que sont la chimiothérapie et la radiothérapie et pour participer à la lutte contre les récidives et les métastases.

Des articles dans la presse grand public ou plus spécialisée, des ouvrages professionnels et pour le grand public, les sites des deux associations ont été des espaces d’expression depuis 1994. Il ne manquait que le blog pour informer, dialoguer, partager autour des problèmes des femmes, de l’intérêt des médecines alternatives et complémentaires, de la nécessité d’aborder la santé de manière globale pour espérer aboutir à une santé durable

Share