18 Aug 2017

title pic Retrouver la préface du livre « Arrêter de fumer grâce aux plante »(2005) de Franck Gigon et Patricia Bareau rédigée par Bérengère Arnal

Posté par Bérengère Arnal le 7 juillet 2010


Le tabac, Nicotina tabacum, est introduit en France en 1650, offert par Marie de Médicis par l’Ambassadeur du Portugal. Il est devenu au XXIème siècle, une des drogues les plus répandues au monde. Ce fléau est une véritable toxicomanie qui rend le sevrage très difficile. La nicotine est une drogue dure : si un héroïnomane peut s’injecter un gramme d’héroïne, un gramme de nicotine suffirait à tuer 30 personnes. Les effets nocifs du tabac sont bien connus tant pour leurs utilisateurs que pour leur entourage. Le risque de pathologies liées tabagisme passif est multiplié par 2 ou 3 par rapport aux non-fumeurs.

La mortalité attribuée au tabac est équivalente à celle liée à l’alcool, aux drogues, aux accidents et aux suicides réunis, un décès sur 9 est imputable au tabac.

Les hommes et les femmes qui fument s’exposent, ils le savent, à un risque accru de contracter une bonne vingtaine d’affections dont la plupart sont incurables et mortelles. Nul n’est censé ignorer l’augmentation de la fréquence du nombre des cancers des voies aériennes, des maladies cardio-vasculaires, des maladies respiratoires chroniques, des cancers de la vessie, de l’ostéoporose…

Il existe une réelle contradiction entre la lutte officielle contre le tabac (Loi Evin 1991, bien mal appliquée) et les intérêts de l’Etat, le tabac rapportant 17 fois plus que la Loterie Nationale et 9 fois plus que le PMU. Mais contradiction de plus, lorsque l’Etat reçoit 1 euro de taxes sur le tabac, il en dépense 3 du fait des maladies liées au tabagisme… L’augmentation du prix du tabac, la mention obligatoire informant que le tabac tue, la diffusion télévisée d’images de personnes mourant des méfaits du tabac sont autant d’éléments ayant pu aider à une petite baisse du nombre des fumeurs. Faut-il tomber dans le rigorisme américain, voire dans une situation de prohibition, pour arriver à une vraie diminution du tabagisme ou tout au moins, à ne plus être intoxiqué par l’autre ?

Le rôle du médecin (à condition que lui-même ne fume pas, 37% des médecins généralistes fument) est essentiel pour l’information de tous les fumeurs. De nombreuses possibilités sont proposées au fumeur pour les aider à se sevrer définitivement.

Depuis la nuit des temps, l’homme puise dans le monde végétal ses ressources alimentaires, mais également les solutions pour traiter ses divers maux.

Du 19e siècle à la moitié du 20e siècle, l’avènement des médicaments dans les pays développés a permis des avancées majeures dans le domaine de la santé, mais elle a dans le même temps mis sous « l’éteignoir » la pratique traditionnelle des plantes médicinales et leurs intérêts.

L’usage thérapeutique des plantes, plusieurs fois millénaire, est toujours d’actualité et représente encore 80 % des pratiques médicales et de soins sur les cinq continents du globe terrestre.

Depuis une dizaine d’années, profitant des progrès scientifiques réalisés dans le domaine de l‘analyse biochimique et toxicologique, une phytothérapie moderne est née qui vérifie les acquis empiriques issus de la tradition, met à jour les principes actifs des plantes, évalue les risques encourus et établit des voies de recherche.

En vérité, le monde végétal n’avait jamais vraiment quitté le monde des médicaments puisque 50 % de ces derniers sont indirectement ou directement produits à partir de plantes.

La difficulté de l’industrie pharmaceutique à produire des molécules de synthèse originales, de plus en plus complexes et coûteuse, aux risques d’effets secondaires grandissants, a fait renaître le regain d’intérêt de cette industrie et surtout du public pour l’utilisation des plantes.

L’infinie variété et complexité du monde végétal est toujours à la disposition de l’homme et parfois à portée de main…

Nous nous proposons d’explorer ensemble dans cet ouvrage, les possibilités offertes par cette phytothérapie moderne pour l’aide à l’arrêt du tabac.

Share