18 Aug 2017

title pic Lisez la postface du livre « Le pied, manupressure »(2010) de Colette Bacchetta rédigée par Bérengère Arnal

Posté par Bérengère Arnal le 7 juillet 2010


L’ouvrage de Colette Bacchetta consacré à la manupressure pour soulager la douleur s’ouvre sur une dédicace à une femme, une femme d’un certain âge, d’une nature robuste, forgée au labeur et aux épreuves de la vie, digne, discrète, attentive et attentionnée, qui regardant l’auteuredessiner ses planches et parfaire son manuscrit, pendant un séjour en Haïti, est venue vers elle et lui a dit « je vous aime ». Cet amour reçu de façon si solennelle et inattendue est le juste retour perçu intuitivement par cette femme, de la densité de tout ce que Colette Bacchetta a mis d’elle et de l’amour qu’elle porte aux autres dans cette œuvre de création.

Cent fois son travail a été remis sur le métier. Des années d’observations, de travail au quotidien, de notes prises presque scolairement en toutes circonstances, d’enseignements reçus, de conférences écoutées, de livres dévorés, ont été nécessaires pour aboutir à la rédaction parfois laborieuse, parfois inspirée, toujours contrôlée de cette méthode tout à fait originale, le Pyé-Ko Kan-3Ò consacrée à la manupressure du pied, de points diagnostiques et thérapeutiques, connus et méconnus que l’auteure nous fait découvrir.

L’approche holistique de l’être, la conscience du Tout dans le Tout, la perception des non-dits, des non-sus dans la genèse des pathologies, leur décryptage via la lecture que fait Colette Bacchetta au niveau du pied, associés à la référence aux médecines traditionnelles notamment chinoise, font de cet ouvrage un travail unique destiné à servir de support à l’enseignement.

Colette Bacchetta est un peintre de talent , reconnu par ses pairs. Elle a pendant toutes ces années, consacré toute son énergie de création à l’élaboration et la rédaction de sa méthode, cessant totalement de peindre. L’œuvre se termine et le peintre renaît en elle. Les tableaux non terminés, les toiles, les pinceaux, les tubes de couleur ont le droit de réapparaître, ils commencent à envahir son esprit. Une nouvelle inspiration la nourrit, d’autres œuvres sont en gestation…

Et c’est à une autre femme, médecin des femmes, de fermer ce livre en disant à son amie Colette toute l’admiration qu’elle lui porte.

Share